AccueilFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]

Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 9:45

Titre de la fanfiction : Summer Break
Titre du chapitre : Any plans for the summer? [1/?] (1861 mots)
Couple : CrissColfer (Darren Criss/Chris Colfer)
Rating : K+ (pour l'instant, changera peut-être)
M désormais !
(au grand plaisir de tout le monde, ou... Non ? Bon d'accord !)
Disclaimer : Pas à moi. Pas du tout. Aucun des deux. Only one can dream...
Résumé : Pour essayer de faire court... Le Glee Live 2011 touche à sa fin, et tout le monde a prévu des super trucs pour les vacances. Chris se retrouve seul avec ses pensées, et un hobbit bouclé vient sauver son été...

NdA : Voilà, première fanfiction CrissColfer que j'écris - d'habitude je suis plutôt branchée OS, mais là, l'idée devenait trop envahissante. N'hésitez pas à écrire une review pour dire du mal/du bien/n'importe quoi ça me rendra heureuse. alien

Deuxième Chapitre ("Road Trip") ici !
Troisième Chapitre ("Meeting your family") ici !
Quatrième Chapitre ("Red Boxerbriefs") ici !
Cinquième Chapitre ("Promises") ici !
Sixième Chapitre ("Road Trip II")
ici !










Summer Break
Chapitre 1 : Any plans for the summer?
Chris ne put s'empêcher de lâcher un long soupir, tout en laissant reposer son menton sur sa main. Le temps à Dublin était vraiment brumeux, et tout cela ne faisait que renforcer tous ces sentiments en lui, qui ne cessaient d'apparaître depuis quelques jours. Depuis qu'ils étaient arrivés en Europe, en vérité. C'était bientôt la fin de la tournée, et ils se diraient tous au revoir pour un mois avant de ne reprendre le tournage quotidien de Glee. Le jeune homme devrait se réjouir de ces vacances bien méritées après une année chargée – à son plus grand bonheur – mais il n'arrivait pas à se relaxer. Il fallait avouer que ce n'étaient pas vraiment des vacances, pour lui, car il allait débuter le tournage de son film, son bébé, celui qu'il avait eu le désir d'écrire et surtout de réaliser depuis qu'il était un adolescent dans une minuscule ville
paumée de Californie. Tous ses rêves de jeunesse se réalisaient, les uns après les autres – Glee, le chant, la tournée, la nomination aux Emmy Awards, le Golden Globe remporté, le Trevor Project, et, surtout, sa vengeance personnelle sur son passé, qui
permettait à des adolescents comme lui de prendre une petite vengeance eux-mêmes. Tout cela était merveilleux, et chaque matin il avait du mal à croire que cela lui arrivait vraiment. Qui pourrait l'imaginer, cependant ? Il y a à peine trois ans de cela, il venait de quitter le lycée et essayait de penser à une carrière qui lui plairait peut-être, et maintenant, le voilà dans une série à succès, entouré de gens qui l'appréciaient comme il était.


Cependant, il redoutait ces vacances. Tous ses amis de Glee se préparaient à voir plein de monde, de vieux amis du lycée ou de l'université, d'autres prévoyaient des voyages sur des îles paradisiaques avec les élus de leur cœur, et lui allait être seul. Enfin, il allait peut-être – sûrement – retourner à Clovis, en Californie, afin de revoir ses parents et sa petite sœur, qui lui manquaient atrocement quelquefois. Mais lui n'avait personne pour partager ses vacances, en dehors de sa famille. Même si cela faisait une coupure, il n'avait pas envie de vivre cette coupure, parce que les acteurs, c'était les seuls amis qu'il avait ; il n'était pas vraiment du genre populaire au lycée, et il n'avait pu profiter des joies du campus de l'université seulement quelques semaines avant de se lancer dans l'aventure Glee. Il voulait pouvoir partager ce genre de moments avec quelqu'un, n'importe lequel de ses amis, parce que tout le monde affirmait que les vacances avec des amis, c'était ce qui ressemblait le plus au mot liberté. Et, après avoir passé tous ses étés avec ses parents, et, plus généralement, sa famille, il avait vraiment envie de goûter à cette liberté. Mais tout le monde avait déjà des plans. Il soupira et se laissa sombrer dans ses pensées.


Les vibrations de son téléphone le sortirent de ses pensées. Un appel. Il soupira à nouveau et décrocha.


« Chris Colfer... Oui ? … Ah, oui, l'équipe de caméras pour Struck By Lightning ! … Oh ? … Vraiment ? Bon hé bien je - … D'accord, on peut reporter. On n'est pas pressés. … OK, merci de m'avoir appelé. A bientôt ! »


Il raccrocha avec réticence, jetant ensuite son téléphone sur la table la plus proche. Apparemment, un problème était survenu avec les caméras qu'il avait louées pour le tournage de son film, et le tournage ne pourrait se faire tout de suite. L'homme à l'autre bout du fil lui avait sortit un jargon de professionnel, sûrement par gêne à cause de l'incident, et Chris n'avait honnêtement rien compris – la seule chose qu'il avait retenue était que le tournage allait être retardé. Il devrait prendre son temps hors-vacances pour réaliser le film – sûrement lorsqu'il ne tournerait pas ou ne serait pas en répétition pour Glee, même si, pour cette année, il allait devoir se donner à fond. C'était la dernière année, après tout, et les interviews, séances de photos et concerts allaient être nombreux pour cette saison 2011/2012. Il devrait sûrement attendre les pauses durant l'année, alors. Il ne put s'empêcher de soupirer encore une fois, et d'enfoncer un peu plus son menton dans sa main.

Saloperie de brouillard.


Il sursauta lorsqu'une main tapota son épaule, plutôt énergiquement, et il reconnut la personne à son parfum dans la seconde suivante.

« Darren ? Qu'est-ce que tu fais là ? Je croyais que tu répétais avec Mark et -
- Mark a annulé quand il a su que Chord avait besoin d'aller acheter une nouvelle guitare, alors j'ai rien à faire, répondit ce dernier avec un haussement d'épaules.
- Oh. Chord devait être perdu sans guitare.
Darren rit doucement.
-Oui, assez. Alors, qu'est-ce que tu fais de beau ?
- Euh, pas grand chose. J'admirais la vue, tu sais.
- C'est vrai que c'est beau, souffla Darren en reposant sa main sur l'épaule de Chris, se penchant pour avoir une meilleure vue de la fenêtre.
- Le brouillard, ici, c'est dingue.
- Oui, assez, sourit Darren. Alors ?
- Alors ?
Chris l'observa d'un œil suspicieux, ne comprenant rien de la question de son ami.
- Tu fais quoi cet été ? Enfin, été... Plutôt le mois qu'on a.
- Hé ben, figure-toi que je viens d'apprendre que je pourrais pas tourner Struck By Lightning cet été.
- Ah bon ? S'exclama Darren, l'air déçu. Pourquoi ça ? Un problème ?
- Oui, un truc avec les caméras, je sais pas trop et je m'en fous. Ce n'est que partie remise.
- Oh, Chris. Je suis désolé... Qu'est-ce que je peux faire pour te remonter le moral ?
- Désolé, Dare, mais pas grand-chose pour l'instant. Je pense que je vais devoir passer tout l'été chez mes parents. »

Chris grogna quelque chose du genre ''Ça m'changera pas de mes années ado, tiens''. Darren s'agenouilla devant lui et lui prit les mains, le regardant droit dans les yeux avec son air de chien battu. Chris baissa les yeux pour le regarder, et ne put réprimer un léger sourire à la vue de son ami.

« Chris, j'ai quelque chose à te demander, dit Darren avec excitation.
- Quoi...? demanda Chris avec méfiance.
- Puisque tu dis que, tout compte fait, tu fais rien cet été, je me disais que tu pourrais passer les vacances avec moi !
Darren sautillait littéralement, désormais. Chris le regarda comme s'il avait un œil au milieu du front.
- Les vacances... ensemble ? Mais tu m'avais dit que tu retournais dans le Michigan pour voir ta bande, les Starkids, non ? Répondit-il en fronçant les sourcils.
- Ah, Chris, si tu savais comme ils seraient heureux de t'avoir avec nous ! Tout comme moi, d'ailleurs », confia Darren avec un grand sourire béat.

Chris considéra l'offre de Darren pendant quelques minutes. Oh, bien sûr, il aimerait simplement dire oui à son ami, mais il ne pouvait pas. C'était le seul moment dans l'année où Darren pouvait retrouver ses amis de l'université, et tout le monde savait à quel point cela comptait pour lui ; ils le voyaient tous que, malgré ses efforts pour le cacher, ils lui manquaient atrocement. Chris ne voulait pas être le trouble-fête, il ne voulait pas que les Starkids pensent qu'il suivait Darren comme un toutou, au dépens de leurs moments ensemble. Il se sentirait horriblement gêné, et les vacances... ne
seraient tout simplement pas des vacances.

« Écoute, Darren. Je suis vraiment touché que tu me propose ça, mais vraiment, je peux pas accepter, soupira Chris.
- Pourquoi ?
Darren avait l'air... déçu ? Non. Non, autre chose. Il ne pouvait pas être déçu à cause de cela.
- Ben, je... Ce sont tes amis, pas les miens. Pas que je les aime pas, hein, je les trouve géniaux ! Mais j'aurais l'impression d'être la cinquième roue du carrosse, et, surtout, de vous gêner dans vos retrouvailles. J'ai pas envie de te gâcher ce moment que t'as attendu toute l'année et -
- Chris, espèce d'idiot, rit Darren. Si je pensais que tu me gênerais, tu crois vraiment que je te l'aurais proposé ?
- T'es tellement adorable, comme un petit chiot des fois, que...
- Non, non, Chris. Vraiment. Je veux que tu vienne avec moi. Si tu veux, bien sûr, ajouta-t-il.
- Alors, je... Je suppose que je peux pas vraiment refuser une offre d'un aussi parfait gentleman ?
- Ce serait très peu gentleman de ta part, renchérit Darren.
- C'est d'accord, je viendrai avec toi dans le Michigan, Dare », sourit Chris.

La première réaction de Darren fut de bondir de sa chaise afin de faire quelques petits sauts, puis il reprit place et laissa échapper un gloussement. Chris ne put s'empêcher de sourire encore plus – que pouvait-il lui résister, au fond ? Rien. Du moins, pas grand-chose.

Une chose lui revint en tête : il était censé passer au moins le premier weekend chez ses parents, en Californie. Il l'avait promis à sa petite sœur, Pauline, et à ses grands-parents ; il ne pouvait annuler. Il n'était pas retourné dans sa ville natale depuis Noël,
il y a déjà six mois, et il avait vraiment besoin de revoir sa famille.

Il leva la main vers Darren comme pour lui dire de se calmer, ce que ce dernier fit, tant bien que mal.

« Darren, je – tu pars quand, exactement ?
- Euh, dès que la tournée se finit. Enfin, j'étais censé dormir à l'hôtel et partir le lendemain, mais le vol est trop tard, alors... Je dois être à l'aéroport moins de quatre heures après la fin du concert.
- Écoute, je... Est-ce que je peux plutôt te rejoindre dans le Michigan, genre, deux jours après ton arrivée ?
- Un problème, Chris ? Demanda le bouclé d'un air inquiet.
- Non, non, pas du tout – c'est juste que j'avais promis à mes parents de passer le weekend avec eux, chez moi. Enfin, chez eux. Tu m'as compris.
- Oui, rit-il. Hé ben, euh, je vais pas te priver d'aller chez tes parents, donc -
- Oh.
- Quoi ?
- J'ai une idée, Dare.
- Je t'écoute. »

Chris hésita quelques instants, son idée lui paraissant vraiment bizarre et surtout gênante à demander.

« Je... Vu que je viens dans le Michigan avec toi, je me disais que, peut être, enfin -
- Accouche, Chris, dit Darren d'un air amusé.
- J'ai pas les organes pour ça... Bref, tu peux venir avec moi chez mes parents. C'est juste deux jours. Enfin, comme tu veux. Non. Non, oublie. C'est débile, je -
- Christopher, tais-toi. C'est une super idée, et je serais plus que ravi de rencontrer tes parents.
- Donc ?
- Bien sûr que je viens avec toi ! Tu sais très bien que je pourrais te suivre n'importe où ! »

Darren lui fit un clin d'œil après cette phrase, ce qui eut un effet quasi-immédiat sur Chris, qui rougit comme une tomate.

Ces vacances n'allaient vraiment pas être de tout repos.


Dernière édition par briecks le Dim 10 Juin - 10:51, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
Aaron
Admin
avatar

Messages : 104
Inscription : 21/04/2011
Age : 32
Jobs : Traductrice / Fanficeuse

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 15:07

Tu sais déjà ce que je pense de cette fanfic. Je l'adore... et j'attends la suite avec une grande, trèèèèèèèès grande impatience.

On a rarement l'occasion de "rencontrer" la famille de Chris ou les Strakids dans les fanfics. J'ai donc hâte de lire ça ^__^

Je ne te mettrais pas la pression... promis... ou peut-être juste un peu de chantage nyark nyark ><
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://klaine-fanfictions.forumgratuit.org
ComicStrip

avatar

Messages : 116
Inscription : 19/07/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 18:48

/me saute ârtout en hurlant


Les Starkids dans une fic... Avec du CrissColfer. D'acord, tu m'as convertie à ta cause là.


Joli début, j'ai hâte d elire la suite.

(et le 'accouche.... J'ai pas les organes'... Non, mais bravo quoi.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Joanna

avatar

Messages : 99
Inscription : 08/06/2011
Age : 27

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 19:06

J'adore vraiment ta fic et j'attends la suite avec impatience.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 19:24

ComicStrip a écrit:
Les Starkids dans une fic... Avec du CrissColfer. D'accord, tu m'as convertie à ta cause là.

C'était mon but en fait... Je suis démasquée ! Ok, d'accord, par là Arrow ...
Non mais franchement, l'idée me trottait dans la tête depuis un bon bout de temps : on n'a pas assez de fanfictions CrissColfer x Starkid, et ça, ça me désole !

Bon d'abord, un chapitre sera consacré à Chris et sa famille, de toute façon c'est que pour un week-end ; ensuite, STARKIDS HERE WE GO ! alien

Aaron : Merci ma Leffie *câline* Pas de chantage, pas de chantage ! é.è

Joanna : Merci beaucoup d'avoir lu, ça me fait plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
ComicStrip

avatar

Messages : 116
Inscription : 19/07/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 20:27

Bon, je campe sur ce topic jusu'à une apparition inopinée de Joey, ou de Lauren... Non mais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 20:38

Salut, Joey Richter qui parle !

Non bon bon je me tais.

Mais je te l'ai dit, le prochain chapitre déjà c'est le voyage, et ensuite la famille de Chris. APRES, les Starkids ! Patience, Comic, patience...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
ComicStrip

avatar

Messages : 116
Inscription : 19/07/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 20:53

Je sais lire, meuh. Mais je m'en fice. Je t'ai dit, j'vais camper là... Greuh.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Ven 22 Juil - 21:59

Meuuuuh je sais que tu sais lire ! T'es une Starship Ranger après tout ; on sait tout faire !

Je suis en panne d'inspiration en plus... prévois plus de Redvines.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: [T / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [2/?]   Dim 24 Juil - 20:14

Titre du chapitre : Road Trip (2328 mots)


« Darren ! Lâche ça, tu veux ? Concentre-toi sur la route, bon sang ! Ça m'étonne qu'avec toi, on se soit pas déjà tués en roulant parce que -
- Chris, dit Darren d'un air épuisé en remontant ses lunettes de vue.
- Oui ?
- J'ai une question.
- Je t'écoute, rétorqua Chris, vexé que son ami le coupe ainsi.
- Est-ce que, par pur hasard, tu serais pas sur ta semaine de règles ?
Chris le regarda quelques secondes, sa bouche formant petit à petit un ''o''.
- Monsieur Criss, je -
- Non, parce que t'es vraiment énervé depuis le début du voyage, et je me demande ce que j'ai pu te faire pour que tu sois comme ça. »

Chris soupira et s'enfonça dans le siège passager de la voiture de location qu'ils avaient récupérée à l'aéroport – Darren avait insisté pour conduire, disant que Chris avait l'air « d'un zombie sortant de l'avion ». Ils avaient sauté dans le premier vol pour Los Angeles dès que la fête qui clôturait la tournée avait pris fin, et Chris n'avait pas réussi à s'endormir, pas même à somnoler ; il mettait cela sur le compte de l'excitation qui retombait et tout le reste, mais n'empêche qu'il était vraiment très fatigué, désormais. Et maintenant, il était énervé par la façon de conduire de Darren, qui chantait à tue-tête sur ses bandes-sons de Disney tout en observant beaucoup trop le paysage pour être concentré sur la route. Et, ici, dans la Californie rurale, les gens ne faisaient pas tellement attention à leur conduite, et avaient même tendance à foncer comme s'ils se livraient à des courses invisibles. Chris était donc inquiet, et avait du mal à s'endormir avec les nombreux bonds que faisait la voiture.

Il se massa les paupières, essayant tant bien que mal de lutter contre la fatigue.

« Je suis désolé, Dare, souffla-t-il. C'est juste que je suis crevé et que j'ai pas réussi à fermer l'œil de tout le vol, alors...
- C'est bon, je comprends, coupa Darren. C'est pour ça que j'ai voulu conduire. Tu dis qu'il nous reste combien de temps ?
- Environ deux heures, grogna le plus jeune.
- Ben, tu sais quoi ? Tu devrais vraiment dormir, parce que je tiens pas à rencontrer tes parents pendant que tu ronfles dans mes bras, ça serait gênant. Pas que j'aime pas te voir dormir, mais bon... Tu me comprends.
Chris approuva avec un gémissement las, sans même prendre la peine de former des mots.
- Alors maintenant, je vais éteindre la musique, me taire, et toi tu vas dormir. Allez.
- Mais si t'as plus de musique tu risques de t'endormir et -
- Chut, murmura Darren. Dors, maintenant. »

Chris décida de se taire et ferma les yeux. Ses paupières lui faisaient terriblement mal, et il lui fallut quelques minutes pour s'habituer à la sensation. Soudain, il sentit une chaleur sur sa cuisse, puis dans sa main. Il entrouvrit un œil pour y trouver la main de Darren, qui tenait fermement la sienne, la caressant doucement. Il jeta un coup d'œil à son ami, puis ferma à nouveau ses yeux. Le reste du voyage lui était inconnu, car il avait enfin réussi à dormir.

Chris avait un peu de mal à comprendre ce qui se passait – pendant une seconde, il était dans la fabrique de chocolat et confiseries de Willy Wonka, et la seconde d'après, il frotta ses paupières et ouvrit à nouveaux ses yeux pour avoir une vue en gros plan de Darren, ses lunettes de vue afin de mieux se concentrer toujours sur le nez, ses bouclettes plus que libres, et une légère barbe faisant son apparition (cela faisait déjà plus de vingt-quatre heures qu'il ne s'était pas rasé, après tout). Il sursauta à cause de leur proximité soudaine, et Darren laissa échapper un léger rire. Chris soupira et passa sa main sur son visage d'un air las et assez négligé, avant de lever à nouveau le regard vers Darren, qui lui souriait désormais tendrement.

Oh mon dieu, Darren ne regardait plus du tout la route ; ils allaient l'avoir, cet accident. Chris remit son siège qu'il avait légèrement incliné en place, et s'appuya contre la portière du côté passager, où il se trouvait toujours. Il essayait de réfléchir aux façons de tuer Darren à petit feu, comme kidnapper sa peluche tant chérie de Hedwige la chouette et lui couper les ailes, les pattes et lui faire parvenir un membre chaque jour et -

Oh.

Oh, merde.

La voiture était à l'arrêt depuis... Depuis combien de temps, au fait ? Il ne se souvenait pas l'avoir senti s'arrêter, donc cela pouvait seulement dire que – merde. La voiture devait être garée depuis un petit moment, et Chris s'apprêtait déjà à faire souffrir l'adorable Darren, alors qu'il ne faisait que le regarder dormir et – il le regardait dormir ? Le jeune homme pouvait se voir rougir comme une tomate.

Darren fut sûrement alerté par son silence et ses regards inquiets, parce qu'il serra doucement sa main, qui était toujours dans la sienne. L'avait-il vraiment gardé tout ce temps ? Chris ne put s'empêcher un sourire en coin à cette pensée, et Darren l'interrogea d'un regard amusé.

« Puis-je savoir ce qui vous fait sourire, prince Colfer ?
- Je – oh. Je suis un prince, maintenant ?
Darren hocha la tête avec enthousiasme.
- Donc, tu es la princesse ?
- Qui a dit que j'étais à toi ? Grommela Darren. Peut-être que je suis pas un ''royal'', moi.
Chris le fixa avec son meilleur regard de garce, et Darren abandonna l'affaire.
- Bon, d'accord, je l'avoue, je suis à toi ! Gloussa-t-il. Mais je suis pas une princesse, je suis un prince. On peut être deux princes, mon prince ?
- C'est à moi que tu demandes ça, chéri ? Sourit Chris.
Darren haussa les épaules en guise de réponse. Chris observa les alentours.
- On est où ?
- A l'entrée de Clovis, en Californie, chéri. Je sais pas où est la maison de tes parents, alors je me suis garé à l'entrée de la ville. Ça a l'air tellement minuscule...
- Oh, détrompe-toi, c'est plus grand que ça en a l'air, monsieur ''je-suis-de-San-Francisco''.
- De toute façon, je pense pas qu'on aura le temps de visiter, même si je crève d'envie de voir tous les endroits où t'as grandi, Colfer.
- Tu manques pas grand-chose. »

L'expression de Chris changea soudainement, passant de l'air joueur du ton heureux de leur conversation, à un air beaucoup plus sombre – sûrement quelques souvenirs de jeunesse qui lui revenaient. Darren n'était pas idiot, et il savait ce que Chris avait vécu au lycée, et même bien avant. Dans ce genre de villes à la mentalité petite et conservatrice, tout le monde avait sa place – le sportif au corps sculpté et à la belle gueule, un peu stupide sur les bords, la cheerleader (souvent blonde) tout aussi stupide que le précédent, et d'ailleurs se voyant souvent attribuer le rôle de petite amie de ce dernier, la bande de gars cool qui traînaient avec le sportif, le groupe de copines de la cheerleader, cheerleaders elles-mêmes, et puis le reste. Les gens invisibles, qui ne faisaient pas partie de la bande de ''vainqueurs'', sans pour autant être mal traités par ceux-ci, et puis les autres gens assez cool, du genre les drogués, les fous de la fête et de la musique, ceux qui étaient voués à échouer dans leurs études (et qui le faisaient souvent plutôt bien). Et, enfin, comme tout le monde s'y attendait, la bande de perdants, les exclus de la société. Souvent, ils ne demandaient rien, mais quelque chose dans leur apparence, personnalité ou simplement façon d'être agaçait fortement les vainqueurs, qui se sentaient alors obligés d'y remédier par des moyens des plus radicaux (dont l'efficacité était encore à prouver). Ceux-ci, les rejetés, la bande de bras cassés, étaient en réalité – du moins, dans la plupart des cas – les plus intelligents de tous. Et c'étaient eux qui réussissaient. Chris faisait partie de ces gens – du moins, il en avait fait partie – et regardez-le désormais : acteur adulé par les jeunes, respecté par les adultes, qui avait sauvé tellement de vies avec sa propre expérience. Il faisait ce qu'il aimait, et il le faisait à la perfection ; rien que d'y penser, Darren avait de sacrés frissons tout le long de son corps, et il ressentait alors une envie irrépressible de prendre Chris dans ses bras, de le serrer fort et de ne plus jamais le lâcher. Mais, maintenant qu'il était enfin dans la fameuse ville natale de son ami, peut-être si proche des anciennes terreurs qui lui avaient coûté tant, il avait juste envie de toquer à la porte de chacun de ces horribles déchets et de leur foutre Chris sous le nez, comme pour leur montrer - « Hé, les gars ! Vous vous rappelez de ce petit gars, Christopher Colfer ? La façon dont vous vous foutiez de lui chaque jour, sans relâche ? Ben regardez qui il est devenu, comme il est magnifique, radieux, riche et célèbre, et vous n'êtes rien ! » - et puis de finir, éventuellement, avec un poing dans la figure. Ou peut-être même deux, ou plus. Darren n'était vraiment pas du type violent, mais il avait tellement de rage et de colère en lui, envers ces gens qui avaient fait souffrir Chris, son Chris, qu'il se permettrait bien quelques coups.

« Darren ? Darren ? »

Ce dernier secoua la tête, comme pour se débarrasser de ses dernières pensées, et posa à nouveau son regard sur son ami, qui le fixait avec des yeux de poisson. Il avait vraiment dû penser trop longtemps ; merde, lui qui s'était juré de ne plus faire ce genre de choses... Oh, et puis tant pis. Il fit l'un de ses plus beaux sourires au plus jeune, qui sourit en retour.

Avant qu'il n'ait le temps de protester ou de faire le moindre geste, Chris sentit deux bras plutôt courts l'entourer, et le corps au parfum si exquis se jeter contre le sien. Son premier réflexe fut de tapoter gentiment le dos de Darren, légèrement inquiété par ce câlin assez... imprévu.

« Dare, je sais que t'es du genre tactile, et je suis totalement pour tes élans de tendresse, mais je comprends pas pourquoi tu -
- Chut, Chris, souffla Darren contre son cou. Apprécie le moment. Laisse-moi te faire un câlin comme j'en ai envie. »

Chris réfréna son envie de rire et laissa Darren finir son affaire. Une fois que ce dernier en eut assez, il s'écarta de Chris, sans pour autant le lâcher. Il le fixait d'une façon qui en disait long sur ses pensées – fier, admiratif, tendre. Chris ne comprenait franchement rien de ce qui se passait dans l'esprit complètement dingue de Darren, mais il ne cherchait pas à comprendre ; avec quelqu'un comme Darren, il ne fallait même pas tenter le coup. Comme ce dernier l'avait si bien dit, il suffisait « d'apprécier le moment ». C'était tout, et c'était déjà bien assez.

« Darren, j'adore tes yeux et tes élans d'affection, mais là je comprends vraiment nada.
- Oh, rien de spécial, Chris. Je pensais juste à toi, et j'ai eu envie de te faire un câlin, répondit-il en haussant les épaules.
- C'est pour ça que tu me regardes avec des yeux de jeune marié ? Rit Chris.
Darren baissa ses bras et prit la main du plus jeune, en souriant.
- Je suis content d'être avec toi, Chris.
- Moi aussi, Dare. T'as pas idée », souffla Chris.

Ils ne dirent plus un mot pendant quelques instants, laissant le moment passer tranquillement, sûrement par peur de ne tout gâcher. Soudain, Chris sursauta et attrapa le poignet de Darren, le tournant afin de regarder sa montre. Il lâcha ensuite un petit cri, un ou deux octaves plus haut que d'habitude (ce qui était quelque chose), et Darren lui lança un regard interrogateur, inquiet.

« Darren, il est déjà deux heures et demi !
- Euh, ouais, y a eu des bouchons à la sortie de Los Angeles, et puis après les règlementations de vitesse et... Quoi, Chris ? C'est grave ?
- J'avais dit à mes parents qu'on arriverait pour midi au plus tard, s'exclama Chris.
- Et ils sont vraiment à cheval sur les horaires ?
- Non, non ! C'est pas l'horaire, le problème, c'est – écoute, Darren, soupira-t-il, y a quelque chose que je dois te dire.
- Je t'écoute.
- Mes parents sont du genre... à s'inquiéter assez facilement, et très vite. Faut dire qu'entre moi qui menait pas une vie facile au lycée, et ma petite sœur qui enchaîne les crises d'épilepsie, ils... Ils ont appris à se méfier et à réagir rapidement.
Darren hocha la tête doucement, comme pour dire qu'il comprenait.
- Il faut que je les appelle, dit Chris en fouillant dans son sac Harry Potter pour trouver son téléphone. Je – oh, merde, merde ! Quatre appels manqués, déjà ! Ils doivent être fous d'inquiétude ! »

Chris sortit de la voiture afin de passer son appel. Darren l'observait faire des grands gestes, amusé par son agitation, bien que le sujet soit sérieux pour Chris – enfin, ils n'étaient pas blessés, perdus ou quoi que ce soit, mais simplement en retard ! Tout irait bien.

Chris remonta quelques minutes plus tard dans la voiture, côté passager, et expira un souffle qu'il ne savait même pas qu'il contenait. Darren leva les yeux vers lui, pour l'interroger silencieusement sur la situation. Chris fit un rapide coup de tête, et sourit doucement. Darren prit sa main, la serra un peu, puis reposa les deux mains sur le volant, attendant les directions de Chris afin d'arriver chez ses parents.

Tout irait bien.


Dernière édition par briecks le Dim 10 Juin - 10:52, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
ComicStrip

avatar

Messages : 116
Inscription : 19/07/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Lun 25 Juil - 11:31

Parfait ce chapitre. D'un bout à l'autre. De la BO Disney, des Free Hugs,manque plus que les Wayfarers... Et Darren et Chris sont définitivement supermegafoxyawesomehot/cute/dapper/roxxant-du-panda.

-Par contre, question jore existentielle, la soeur de Chris... Elle est vraiment épileptique ? Ça me perturbe...-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Lun 25 Juil - 12:06

Je voulais inclure les fameuses Wayfarer dans le chapitre, mais j'ai pensé que ça serait trop mignon si Darren portait ses lunettes de vue... *a un sérieux problème avec nerd!Darren*

Et, pour répondre à ta question, oui, la petite sœur de Chris est vraiment épileptique. Il en a un peu parlé en interview, disant qu'elle pouvait atteindre la cinquantaine de crises par heure...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
ComicStrip

avatar

Messages : 116
Inscription : 19/07/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Lun 25 Juil - 12:08

-J'ai aussi un faible pour Darren avec ses lunettes de vue. De toute façon, Darren tout court hein...-

Merci pour l'info... Ça ca m'étonne, j'en avais jamais entendu parler.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Lun 25 Juil - 12:18

De rien, toujours contente de renseigner - quand je le peux ! alien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: [T / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [3/?]   Sam 27 Aoû - 22:16

Titre du chapitre : Meeting your family (4286 mots woot c'est plus long !)


A/N : Désolée pour le manque de mise à jour.
Le chapitre est écrit depuis un moment...
Mais j'avais complètement oublié de le poster.
Argh.
Je posterai le prochain plus rapidement,
avant la rentrée j'espère !



« Rick, tu crois que tout va bien ? »

Monica Colfer regardait par la fenêtre en écartant les rideaux, attendant avec une impatience grandissante l'arrivée de son fils, qui aurait d'ailleurs dû arriver depuis plus de deux heures et demi désormais. Ce n'était pas dans son habitude d'être autant en retard, et, même si elle savait que les embouteillages à la sortie de Los Angeles pouvaient être monstrueux, son avion avait atterri à dix heures, le matin même. Il ne fallait pas plus de quatre heures et demi pour arriver à Clovis !

« Chérie, arrête ça, tu veux ? Je suis sûr que tout va bien. T'as pas idée de comment les bouchons peuvent être, dans la périphérie de Los Angeles. En plus, tu as eu Chris au téléphone, quoi, il y a dix minutes ? Allez, tout va bien. »

Monica soupira et lâcha les rideaux, se tournant vers son mari, qui était assis sur l'un des grands fauteuils du salon. Elle inspecta la table qu'elle avait dressée, il y avait désormais un long moment, et prit un des couteaux en argent pour enlever une tache qu'elle seule voyait. Son mari, Richard, ne put s'empêcher d'abandonner la lecture de son journal afin d'aller vérifier que sa femme allait bien – après tout, lorsqu'elle astiquait l'argenterie d'un air aussi absent, quelque chose n'allait vraiment pas. Il posa une main apaisante sur l'épaule de Monica ; cette dernière plaça sa propre main au-dessus de celle de l'homme et lui sourit faiblement.

« Qu'est-ce qui te tracasse autant, chérie ?
- Oh, Rick... J'en sais rien, à vrai dire.
- C'est Chris, n'est-ce pas ?
- Oui, c'est Chris ! S'exclama-t-elle. Bien sûr que c'est Chris, qui d'autre ?
- Chérie, je veux pas te vexer,mais je vois vraiment pas pourquoi tu t'inquiètes autant... Chris n'a jamais été aussi épanoui de toute sa vie ! Il a des amis,maintenant, de vrais amis, et des tas de fans qui l'adorent ! Il est accepté et apprécié comme il est... Tu ne te rappelles pas de ce que tu as dit la nuit où il a gagné son Golden Globe ?
- Si, évidemment je m'en rappelle! Mais, c'est juste que... des fois, je me dis qu'il est tellement exposé maintenant que ça le rend affreusement vulnérable... »

Rick ne répondit rien à la dernière observation de Monica. Il n'avait rien à dire parce
qu'elle n'avait pas entièrement tort, bien qu'elle n'avait pas totalement raison non plus ; à ce moment même, sans rien dire, ils pensèrent tout deux à la même chose. Ce souvenir pénible qu'ils avaient de Chris, la nuit après la première diffusion de Glee,
cette nuit où Chris avait été tellement excité à l'idée de passer à la télévision qu'il avait voulu aller voir les avis des gens « à chaud », sur la toile ; c'était sûrement une mauvaise idée, car tout ce que Rick et Monica savaient, c'était qu'ils avaient retrouvé leur fils en pleurs, sur son lit, son ordinateur portable fermé à ses côtés. Il ne leur avait jamais vraiment dit ce qu'il avait lu à propos de lui, mais ils n'avaient pas vraiment besoin de le savoir – il ne valait mieux pas. Tout ce qu'ils savaient, c'était que leur « bébé » d'à peine dix neuf ans avait eu grand besoin d'être réconforté.

Les deux adultes se jetèrent un regard plein de sentiments partagés, principalement anxieux, mais également fier – parce que leur fils avait accompli tant de choses. Parce que leur fils n'avait jamais abandonné.

Et pour Rick et Monica, tout cela était bien assez. Ils pourrait y avoir un million de personnes contre lui, qu'il y aurait dix autres millions pour le soutenir. Monica serra légèrement la main de son mari, une simple larme s'échappant de son œil pour rouler jusqu'à son menton. Il lui sourit.

Ce fut à ce moment que la sonnette de la maison des Colfer retentit, et Pauline descendit en trombe dans les escaliers.

« C'est bon ! J'y vais !
- Chérie, commença Monica, fais attention dans les escaliers ! Et tu n'as même pas fini de te coiffer !
Pauline passa quelques mèches de cheveux entre ses doigts, puis sourit à sa mère.
- Tu vois, je le suis maintenant ! Allez, va mettre le plat à réchauffer ! J'y vais ! »

Monica laissa échapper un rire de surprise lorsque sa fille la poussa en direction de la cuisine. Elle lança un dernier regard à Rick, qui lui fit un clin d'œil. Même si Pauline ne le disait pas souvent, ils savaient tous les deux que son frère lui manquait énormément. Elle avait toujours un peu de mal à comprendre qu'il était célèbre, désormais ; plus seulement un acteur de petite série télévisée, mais une star internationale, qui gagnait des récompenses, se rendait à des galas de charité et partait en tournée mondiale.

Elle courut jusqu'à la porte, s'arrêta un instant, reprit son souffle et ouvrit à la volée, pour trouver son frère avec un homme à la chevelure de jais bouclée et aux sourcils d'une forme... non-identifiée. Chris avança d'un pas, la ramenant à la réalité. Elle lui sauta littéralement dessus.

« Chris ! T'es enfin là ! Tu sais on a cru que t'étais mort, avec les parents.
- Pauline, tu m'étouffe, dit Chris en se débattant. Oui, les gens ont tendance à croire que je suis mort... Sale habitude. »

Pauline lâcha enfin son grand frère et recula un peu, histoire de lui laisser de l'espace. Elle observa l'homme – plus petit que lui – qui se tenait à ses côtés, et lui fit un sourire. Chris comprit enfin qu'il était temps de faire les présentations.

« Oh, euh, Pauline, voici Darren, déclara-t-il en pointant le doigt vers l'autre homme, et Darren, ma petite sœur totalement infernale, Pauline.
- Je suis pas infernale, Chris,c'est toi qui est vieille fille !
Chris jeta un regard glacial à sa sœur. Darren en profita pour placer quelques mots.
- Euh, ravi de te rencontrer, Pauline. Chris m'a beaucoup parlé de toi !
- C'est vrai ? Rit-elle. Je savais pas que je te manquais autant, Chrissie !
- Arrête avec ça, grogna Chris,c'est un surnom de fille !
- Chrissie, Chrissie ! » chanta Pauline à tue-tête, vite rejointe par Darren.

Chris murmura quelques mots dans sa barbe et entra dans la maison de son enfance – qui n'était pas si loin qu'elle ne le paraissait. Darren le suivit, portant les lourdes valises et sacs de voyage. Les parents de Chris arrivèrent de la cuisine, les yeux brillants d'une lueur que Darren connaissait déjà bien : s'il y avait quelque chose de magique dans la famille Colfer, c'était leurs yeux. Ils avaient tous les mêmes yeux bleu glace, plein de malice et d'autres émotions, faisant office de miroir à sentiments.

La mère de Chris étreignit longuement son fils, le serrant de plus en plus fort, murmurant des « Oh mon petit garçon, mon bébé, comme tu m'as manqué ! », et son
père lui ébouriffait les cheveux à côté, en faisant des remarques du genre « Mais t'as encore grandi ! Va falloir t'arrêter, un de ces jours ! ».

Une fois les embrassades terminées, Chris prit Darren par l'épaule et l'avança devant ses parents.

« Papa, maman, voici Darren ! »

La mère de Chris prit d'abord la main de Darren, puis le serra dans ses bras. Darren, d'abord surpris, retourna l'étreinte, ravi d'être adopté aussi rapidement par la famille.

« Oh, Darren ! On a tellement entendu parler de toi ! Je suis tellement heureuse que mon fils ait un ami aussi extraordinaire que toi !
- Ah, vous savez, c'est pas moi le plus extraordinaire des deux, sourit Darren timidement. A côté de Chris, je suis juste un figurant !
- Crois-moi que ce n'est pas de l'avis de Chris, lança Rick tout en serrant la main de Darren. Il ne se tait jamais quand il commence à nous parler de toi et de ce que vous faites sur le tournage ! »

Darren rit légèrement, mais d'une façon sincère ; il était secrètement touché que Chris ait parlé de lui à ses parents. Chris, de son côté, rougissait comme une tomate, mais arborait un sourire idiot. Il était heureux.

« Bon, les garçons, pas que je veuille vous brusquer, mais je crois qu'il est temps de passer à table, sourit Monica.
- Je suis totalement de ton avis, maman, je meurs de faim ! » S'exclama Chris en saisissant Darren par la main afin de l'amener jusqu'à la salle à manger.

Le repas se déroula à merveille, et Chris découvrit avec grande joie que ses parents
appréciaient Darren, et que ce dernier avait l'air de bien s'entendre avec eux – et, contrairement à tous les autres, d'être passionné par les histoires de pêche de Rick.

Après avoir fini le dessert, Chris soupira un grand coup et s'affala dans sa chaise, les mains reposant sur son ventre.

« Maman, c'était délicieux ! Je suis plein à craquer !
- Oui, vraiment madame Colfer, c'était super bon, renchérit Darren.
- Darren, tu peux m'appeler Monica, je te le jure ! Merci les garçons, c'est gentil », rit-elle en commençant à s'affairer pour débarrasser la table.

Darren la suivit rapidement, regroupant les assiettes et couverts, mais elle l'interrompit tout de suite.

« Darren, chéri, c'est très gentil de ta part, mais Pauline et Rick peuvent m'aider à finir. Vous devez être très fatigués ! Chris, tu devrais monter les affaires dans ta chambre et en profiter pour faire une petite visite à Darren, tu veux ? »

Chris acquiesça en silence, se dirigeant vers le corridor afin de récupérer leurs bagages ; il s'arrêta lorsque Monica reprit la parole.

« Oh si bien sûr ça ne te dérange pas de dormir avec Chris, Darren ! On est en train de refaire la chambre d'amis, alors elle est inutilisable... Mais Chris peut dormir avec Pauline, ou sur le canapé s'il y a un problème !
- Oh, non, non madame Co- Monica, s'exclama Darren avec un grand sourire, Ça me dérange pas du tout de dormir avec Chris, vraiment ! »

Sur ces mots, Darren suivit Chris dans l'entrée afin de l'aider. Monica se tourna vers Rick, qui regroupait les verres, et ils se lancèrent un regard suspicieux avant de retourner à leurs tâches respectives.


**

« Alors c'est donc ça, la fameuse chambre de Chris Colfer ! », rit Darren tout en entrant dans la pièce.

Ils déposèrent les valises par terre et Chris lui sourit. Cependant, quelque chose ne tournait visiblement pas rond. Darren laissa tomber sa veste sur le lit, et s'approcha de son ami, lui prenant doucement les mains.

« Chris, souffla-t-il, qu'est-ce qui va pas ?
- Darren, je – tu es sûr que ça ne te dérange pas de dormir ici, avec moi ?
Le bouclé laissa échapper un rire étranglé.
- Que- quoi ? C'est vraiment ça qui te tracasse autant ? On a déjà dormi ensemble, Chris !
- Oui, mais là, je te parle de dormir dans le même lit... pas dans la même chambre d'hôtel, Dare, dans le même lit ! Faut le dire si tu veux pas, parce que des tas de mecs ne voudraient pas, c'est normal et-
- Christopher, regarde-moi dans les yeux, là, le coupa-t-il. Arrête ça tout de suite. Je me considère comme l'homme le plus chanceux du monde d'avoir rencontré ta famille, de passer mes vacances avec toi, et en plus de pouvoir dormir dans le même lit ! Tu te rends compte ? Je vais dormir avec Chris Colfer ! J'ai l'impression d'avoir douze ans et d'être une collégienne ! »

Chris éclata de rire à la dernière phrase de son ami, soulagé et heureux, mais également reconnaissant d'avoir un ami comme Darren.

Ce dernier dessinait des cercles sur les mains de Chris avec ses pouces, inconsciemment. Chris entremêla ses doigts avec les siens, ce qui lui fit lever le regard. Pendant un instant, les yeux vert teintés de noisette étaient captivés par les bleu glace, et leurs regards se fondèrent l'un dans l'autre – plus rien d'autre n'existait pour eux, et Darren resserra les doigts de Chris comme si sa vie, ainsi que celle de
Chris, en dépendait.

Un bruit de porte qui claque les sortit tout droit de leur rêverie, et ils se tournèrent pour faire face à une Pauline à l'air assez dérouté. Les yeux de Chris s'agrandirent brusquement, tandis que Darren ne bougeait pas.

« Euh, je – peut être que je vous dérange ? Demanda-t-elle en reprenant vite son assurance.
- Non, non, c'est bon, on parlait, s'empressa de répondre Chris tout en lâchant les mains de son ami.
- Maman voulait te voir, Chris, elle a quelques trucs à te dire. Des trucs de famille, il me semble. Tu devrais y aller.
- D'accord, merci Pauline. »

Cette dernière partit presque en courant dans sa chambre. Chris entendit Darren rire légèrement et se tourna vers lui.

« Qu'est-ce qu'il y a, Dare ?
- Non, rien Chris – c'est juste,la tête de ta sœur, c'était trop drôle !
- T'es vraiment un gosse, soupira-t-il. Bon, je vais descendre voir ma mère... Ça te dérange pas de m'attendre là ?
- Pas du tout ! S'exclama Darren, à nouveau sérieux. Je vais en profiter pour prendre une douche. Je pue après tout ce voyage ! »

Chris laissa échapper un gloussement, mélange entre un rire et un exclamation de dégoût, et passa sa main dans les boucles noires de Darren. Ce dernier lui afficha son plus beau – et plus grand – sourire avant de s'éclipser à la salle de bain. Chris prépara déjà le lit pour la nuit et remit quelques objets en place, puis il sortit de sa chambre
afin d'aller rejoindre Monica. Avant de descendre, il s'arrêta et pensa que Darren Criss prenait une douche dans sa propre salle de bain, à lui, Chris, à Clovis, chez ses parents ! … Qui était la collégienne de douze ans, maintenant ?

Il descendit les escaliers trois par trois, comme il le faisait lorsqu'il habitait encore ici, et sauta les deux dernières marches. Il se doutait que son père était au salon, dans son imposant fauteuil, et à en juger par le silence dans cette partie de la maison, sa mère devait sûrement être à la cuisine. Il tourna donc à gauche, et trouva sa mère exactement où il pensait qu'elle serait – assise sur une des chaises hautes, sur
l'îlot qui était au beau milieu de la pièce. Il sourit à cette vue, qui lui rappelait tant de souvenirs, et s'avança dans la pièce.

« Ah, Chris ! Assieds-toi, viens. »

Chris ne se demanda même pas comment sa mère avait su qu'il était là, alors qu'elle était dos à lui – c'était une mère, elle savait automatiquement ce genre de choses. Il marcha jusqu'au comptoir et prit place sur une chaise haute, juste en face d'elle.

« Alors, mon chéri ? »

Le jeune homme regarda sa mère avec scepticisme, la détaillant de haut en bas. Elle paraissait jeune, du moins plus jeune que son âge, mais lorsqu'on regardait plus attentivement, quelques rides apparaissaient sur son doux visage. Ses yeux bleu ressemblaient beaucoup à ceux de son fils, mais ils étaient néanmoins plus rieurs, moins froids, moins distants ; Chris se disait souvent qu'à une certaine époque, elle
avait dû avoir la même froideur que lui dans le regard, mais que tout cela s'était envolé le jour où elle était devenue une mère – ou plutôt une maman. Elle faisait partie de ces femmes que les autres ont du mal à imaginer sans enfants, et tout le monde savait pourquoi : elle-même le disait, sans ses enfants, elle n'était plus
grand-chose.

Chris reprit ses esprits lorsqu'il plongea ses yeux dans le regard soutenant de sa mère, et soupira légèrement.

« Maman, c'est toi qui a dit à Pauline de me faire descendre... Ce serait plutôt à moi de te demander ça. Alors ?
- Tu sais très bien pourquoi jet'ai fait descendre, rit-elle. Je veux parler à mon fils ! Ça fait tellement longtemps qu'on n'a pas eu de discussion tous les deux ! Ta sœur est une fille formidable, mais c'est une ado...
- De quoi tu veux parler, maman ?
- De toi, voyons ! De ce que tu fais, comment tu vas... Dis-moi, tu as assez mangé pendant cette tournée ? Tu es tellement maigre !
- Oui, maman, mais va à l'essentiel, je suis crevé... On pourra papoter demain, une fois que j'aurai dormi... Je sais très bien qu'il y a une question en particulier que tu veux me poser, alors, vas-y, c'est quoi ta question ? »

Monica prit une grande inspiration, et approcha sa chaise du comptoir afin d'être plus
proche de son fils ; elle en profita pour lui prendre les mains. Chris ne put s'empêcher de sourire un peu.

« Alors... Il y a quelqu'un ?
- Quoi ? Maman ! S'exclama Chris en rougissant.
- C'est Darren, c'est ça mon chéri ? Oh, je le savais, je le savais ! C'est un garçon tellement adorable, intelligent et cultivé, tout ce qu'il te faut ! Et qu'est-ce qu'il est mignon ! Je dois avouer que tu as très bon goût mon chéri ! »

Chris observait sa mère sauter littéralement sur sa chaise par petits bonds, et sourire comme une démente. Il était sans voix, et la discussion avait pris une tournure à laquelle il ne s'attendait vraiment pas.

Si j'avais su, je serais allé directement me coucher, pensa-t-il.

« Maman... Désolé de te couper dans tes plans de mariage, mais non, il n'y a personne, et Darren c'est un ami. Mon meilleur ami, si tu veux, s'empressa-t-il
d'ajouter, mais juste un ami.
- Mais...
- Maman, la coupa-t-il, crois-moi s'il te plaît.
- Chris, je suis quand même une femme, et de plus une maman ! Je sais ce genre de choses !
- Il ne se passe strictement rien entre lui et moi, affirma Chris.
- La façon qu'il avait de te regarder, de te tenir les mains, de t'embrasser dans les cheveux et de s'attarder pour les sentir... Je pensais que ça voulait dire quelque chose !
- Non, rien du tout.
- Alors pourquoi vous agissez comme de jeunes mariés ? Je suis perdue, Chris !
Chris se rappelait vaguement avoir déjà entendu – ou utilisé – cette expression plus tôt dans la journée...
- Maman, il faut que je t'explique quelque chose, commença-t-il. Darren a grandi à San Francisco, entouré de gays et de lesbiennes. C'est un gros fan de comédies musicales, donc. Et, de plus, c'est quelqu'un d'extrêmement tactile– il a toujours besoin d'être câliné, mais aussi rassuré et surtout aimé. Il est comme ça, c'est tout ! Et on est de très, très bons amis, mais il ne se passe rien de plus entre nous. »

Monica avait minutieusement observé son fils le temps de son explication, et ne répondit rien. Elle continua de le fixer pendant quelques instants – qui parurent
une éternité au jeune homme – et finit par rendre les armes, lâchant les mains de son fils et soupirant longuement.

« Bon, bon, si tu le dis, je te crois...
- Oui, maman, sourit-il. Maintenant si tu veux bien m'excuser, il faut vraiment que j'aille me coucher, parce que je sens même plus ma bouche quand je parle et ça devient flippant.
- Bonne nuit, mon bébé, dit-elle en le prenant dans ses bras.
- Bonne nuit maman », souffla-t-il en la serrant un peu plus fort, un peu plus longtemps.

Lorsqu'il entra dans sa chambre, Chris ne put s'empêcher de lâcher un petit cri de surprise – Darren était étalé sur le lit, sur le côté, sa tête reposant sur son bras. Ce n'était pas ça, la surprise, mais c'était plutôt qu'il l'attendait. Il regardait en direction de la porte, les cheveux encore légèrement mouillés, un vieux t-shirt de l'université du Michigan avec le short assorti en guise de pyjama, ses lunettes de vues (il devait être un peu fatigué aussi, alors), les jambes croisées et le coude appuyé sur l'oreiller. Il affichait désormais un sourire, un peu moqueur, un peu amusé, et très tendre à la
fois.

« Qu'est-ce qui vous fait rire ainsi, monsieur Criss ?
- Je ris pas, je souris.
- Tu me nargues, rétorqua Chris.
- Je sais pas... Peut être... Oh, Chris, t'aurais dû voir ta tronche. C'était excellent ! »

Chris ne répondit rien et se laissa tomber sur le lit, à moitié sur Darren, en soupirant
bruyamment. Darren baissa le coude et se tourna vers lui, remontant ses lunettes sur son nez au passage. Il lui lança un regard inquisiteur. Chris leva la tête vers son meilleur ami et leurs regards se perdirent encore une fois l'un dans l'autre ; le visage de Darren était seulement à quelques centimètres de celui de Chris, et leurs souffles se mélangeaient. Chris pouvait sentir la chaleur émaner du corps de Darren, comme une bonne onde, presque une vague, et son regard s'accrochait au sien comme pour lui prendre un peu de son énergie.

Sans dire un mot ou lâcher le regard de son ami, Darren leva ses mains et les glissa sur le t-shirt de Chris. Il commença à déboutonner son veston, lentement, comme
s'il avait peur de lui faire mal, et écarta ensuite les deux pans, caressant le t-shirt du jeune homme au passage. Il fit glisser le vêtement, et prit le bas du t-shirt entre ses doigts, jouant un peu avec. Il n'y avait aucune nervosité, aucune question, aucune gêne ; c'était comme s'ils avaient fait cela toute leur vie, et même déjà avant, peut-être dans une autre vie, ou encore lorsqu'ils n'étaient rien d'autre que des petits riens dans l'univers.

Leurs yeux ne s'étaient toujours pas quittés, et Darren levait maintenant le t-shirt de Chris, ses doigts s'attardant sur la douce peau de lait au passage. Leurs regards ne se détachèrent même pas lorsqu'il fit passer le vêtement sur la tête de Chris.

Ses mains descendirent ensuite à nouveau, plus bas cette fois, toujours aussi lentes, et il déboutonna son pantalon, effleurant l'élastique de son caleçon de temps en
temps, ce qui donnait des frissons au plus jeune. Il entreprit de faire glisser son pantalon, et le lança à l'autre bout de la pièce, avec le reste de ses vêtements.

Chris était désormais en sous-vêtements. Sans même l'avoir remarqué, il haletait, ce qui soulevait sa poitrine par petits coups. Tout son corps frissonnait sous le regard de Darren, et ce dernier brisa enfin le contact avec les yeux de Chris afin de l'observer plus attentivement. A ce moment précis, un seul mot apparut dans l'esprit de Darren – magnifique. Chris était magnifique. Sa peau était extraordinairement claire, et
contrastait fortement avec ses lèvres roses, presque rouges. Ses yeux étaient comme des diamants, d'un bleu tellement clair qu'il en était irréel, et sa peau était ponctuée de poils assez clairs, comme du duvet. Darren leva la main et traça les lignes et courbes de son corps à la fois doucement et lentement, comme s'il ne voulait pas en louper une seule miette. Chris suivait sa main du regard, mémorisant son trajet, remarquant les endroits où il s'arrêtait à peine plus longtemps.

Darren releva la tête, comme s'il sortait de sa rêverie, et planta à nouveau son regard dans celui de Chris. Il attrapa ensuite le pyjama de ce dernier sur l'oreiller, préparé à l'avance, et lui enfila tout aussi lentement qu'il l'avait déshabillé, peut-être même un peu plus longtemps ; il n'avait vraiment pas envie que ce moment magique se termine.

Une fois que Chris était pleinement habillé, Darren se mit à nouveau face à lui, et le prit délicatement dans ses bras. Une fois bien installé, Chris lâcha un souffle qu'il ne savait même pas qu'il avait retenu, et se détendit instantanément. Il cala sa tête dans le cou de Darren, et enfouit son nez près du creux de son épaule. Darren entremêla leurs jambes, l'une au-dessus de l'autre, et laissa tous ses membres
s'engourdir un à un.

« Merci, murmura Chris.
- Mmh-mh. »

Un silence agréable emplit la chambre, avant que Darren ne le brise.

« Chris ?
- Oui, Dare ?
- Tu sais... t'es magnifique, souffla-t-il.
Chris pouvait se sentir rougir, et fut soulagé qu'il faisait déjà nuit noire.
- Je – merci, Dare. On me le dit pas souvent.
- Ben moi, je pourrais te le dire tous les jours, toutes les heures, quand j'en ai envie, et le penser vraiment à chaque fois, Chris, répondit Darren en ponctuant chaque partie de phrase par un baiser dans les cheveux de son ami. Tes cheveux sentent bon...
- Merci, rit Chris. C'est du shampoing à la fraise.
- Mmh, la fraise te va bien alors.»

Darren resta dans cette position afin de s'endormir avec l'odeur de fruit qui caractérisait les cheveux du jeune homme. Chris, quant à lui, releva un peu la tête
dans le cou de Darren, et lui pressait de légers baisers dans le creux de l'épaule, d'un geste presque inconscient.

Ils s'endormirent rapidement, exténués par le voyage, mais également par les nombreuses émotions auxquelles ils avaient dû faire face en une seule journée. Cette nuit-là, Darren se réveilla plusieurs fois ; à chaque fois, il ne pouvait s'empêcher de baisser la tête afin d'observer Chris, complètement détendu, un sourire en coin et
la respiration régulière – magnifique.

Chris Colfer était magnifique.


Dernière édition par briecks le Dim 10 Juin - 10:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
minipouce

avatar

Messages : 3
Inscription : 12/10/2011
Age : 32

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Mer 12 Oct - 13:36

Ta fiction est juste génial... En fait c'est elle qui m'a fais connaître ce forum...

je ne sais trop encore comment cela se passe lorsque tu post à nouveau, ou si tu vas même poster la suite mais je vais venir voir TRES régulièrement, j'ai vraimen envie de voir évoluer cette complicité que tu as su si bien créer entre eux.

Et puis même si c'est que dans notre imagination, le "couple" Crisscolfer est juste so cute...

Donc merci à toi de me faire rêver un peu!!
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Mer 12 Oct - 13:46

Oh, wow. Wow.
Déjà, merci, mille fois merci et encore plus même, ça me fait un plaisir fou de voir que ma fanfiction est encore lue - même si elle n'est quasiment plus mise à jour. D'ailleurs, je m'excuse platement pour ce manque de mise à jour... La page blanche semble m'accompagner pas mal, ces derniers temps.

Ma fanfiction t'a fait connaître le forum ? Wow - ouah - euh, mais comment ?
Je suis ravie qu'on ait une nouvelle membre, bienvenue donc à toi ! Smile

Cette histoire me tient particulièrement à coeur, oui, et j'ai écrit depuis que j'ai posté la suite - mais bon, majeur cas de J'écris de la merde. Mais j'ai fait lire à Scorpius quelques extraits depuis, et, bon, je devrais pouvoir poster bientôt !

Et vive le Crisscolfer. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
minipouce

avatar

Messages : 3
Inscription : 12/10/2011
Age : 32

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Mer 19 Oct - 21:58

De rien je pense vraiment ce que j'ai écrit.

Pour le forum, en faite je cherchais des fanfics en francais sur crissColfer (ce qui est plutôt rare et le lien vers ton histoire est dans les premiers (du moins lorsque tu mets que les résultats en français...).

Je me doute que c'est pas facile d'écrire (j'ai beaucoup mais j'en suis moi même incapable, donc je n te blame pas!!) mais je suis ravi de savoir qu'il va y avoir une suite...beaucoup s'arrête en route... après peu importe le temps que ca mets, je suis accro au duo ET au couple q'ils forment à l'ecran et ce pour un moment je crois!!

De toute facon je viens régulièrement faire un tou sur le forum donc...

CrissColfer plus que jamais...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Jeu 20 Oct - 15:55

Ah oh d'accord, ça me fait plaisir alors ! Mais c'est vrai que les fanfictions françaises sur Crisscolfer sont, euh - inexistantes ? C'est pour ça que j'ai voulu en écrire une. Maintenant, j'attends la diffusion de la saison 2 en France, que les Français découvrent Klaine (et donc Darren) Smile !

J'essaie de me forcer un peu quand même ; là, depuis la suite que j'ai postée, il y a tout un chapitre de prêt - je le posterai dès que j'aurai le temps de faire la mise en page ! Et pour la suite, ça va, ça vient... Mais avec tout le Crisscolfer que Darren et Chris nous ont donné ces dernières semaines, l'inspiration revient !

Crisscolfer, forever married. I love you Et merci encore à toi !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
Dalrhenia

avatar

Messages : 11
Inscription : 29/10/2011
Age : 21

MessageSujet: moi aussi   Sam 29 Oct - 20:03

J'adore ta fiction elle est pleine d'émotions et c'est aussi celle qui m'a fait découvrir le forum.

j'espère que tu écrira bientôt la suite ^^

en tout cas bravo! =)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Sam 29 Oct - 20:16

Oh - merci beaucoup ! Wow, dis-donc, tu es déjà la deuxième personne à découvrir le fofo via ma fanfic... c'est flatteur mais omg Embarassed

En tout cas, merci beaucoup de me lire, et ne t'inquiètes pas, la suite sera bientôt là !

Merci merci merciiiiiii mille fois alien
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [4/?]   Dim 12 Fév - 11:36

Titre du chapitre : Red Boxerbriefs (6405 mots! woot)

NdA : Bon, alors, premièrement, je suis vraiment vraiment vraiment désolée pour le manque de mise à jour sur cette fanfic ! (j'ai l'impression de m'excuser à chaque chapitre... ugh je crains !) Le truc, c'est que j'ai beaucoup écrit depuis. Et puis le chapitre que je vous poste là fait quand même treize pages Word ! Rassurez-vous, y en a plein d'autres après. Aaron le sait Wink
Bon, à partir de ce chapitre, le rating va monter au T - je pense que c'est T... si vous pensez que c'est plus, dites-le moi ! Je suis naze avec les ratings, vraiment.
Bon allez, enjoy!

Rating désormais M !




Le lendemain matin, Pauline Colfer se réveilla avec l'enthousiasme d'une fillette de cinq ans, un matin de Noël : après tout, son grand frère chéri était enfin à la maison, et ils avaient toute la journée avant que lui et Darren ne repartent, le jour suivant ! Elle devait en profiter au maximum. Elle partit donc se préparer, et sentit l'odeur des délicieux pancakes aux pommes de sa mère, recette secrète – et surtout gardée pour les grandes occasions. Sans oublier que c'était le petit déjeuner préféré de Chris, ce qui devait sûrement jouer un grand rôle. L'adolescente décida qu'elle ferait mieux de réveiller Chris, et son ami Darren, afin qu'ils déjeunent tous ensemble. Elle aimait bien ce garçon, Darren. Il faisait la même taille qu'elle, bien qu'il ait presque une dizaine d'années d'avance, et il avait de sacrées blagues et des histoires des plus loufoques. Bon, il collait un peu Chris mais... cela n'avait pas l'air de lui déplaire, à en juger par l'énorme sourire qu'il arborait lorsqu'il était près de lui. Ils agissaient vraiment comme deux collégiens qui sortaient avec quelqu'un pour la première fois. C'était bizarre de voir Chris sous cet angle, mais cela lui faisait extrêmement plaisir – et lui donnait également un bon sujet de moqueries lorsque son frère déciderait de l'embêter.

Elle se dirigea donc vers la chambre de ce dernier, et s'arrêta devant la porte. Devait-elle vraiment les réveiller ? Oh, après tout, Chris avait assez insisté sur le fait qu'ils étaient « seulement amis » ; elle ne devrait donc se trouver dans aucune situation embarrassante.

Du moins, c'était ce qu'elle croyait.

Lorsqu'elle ouvrit la porte, avec une lenteur extrême (le bois avait tendance à craquer sévèrement), elle laissa échapper un cri de surprise en voyant son frère, endormi, le visage enfoui dans le torse de Darren, et Darren qui avait les mains sur sa taille, d'un geste presque paresseux – et encore, elle était soulagée de ne pouvoir apercevoir ce qui se passait sous le drap. Ils souriaient tous les deux, et la douce lumière qui s'échappait par les volets donnait à la scène un aspect presque... magique, et innocent. Elle se sentait presque coupable d'avoir ouvert la porte, et maintenant qu'elle les avait vus, c'était pire. Elle savait qu'elle ne devrait pas rester, et choisir de descendre et de prendre le déjeuner seule avec ses parents était probablement la décision la plus sage ; mais elle avait peur de bouger, de faire un pas en arrière afin de retourner dans le couloir, et de fermer cette foutue porte en bois qui craquait comme leur grand-mère.

« Pauline, tu -
- Chut, s'exclama-t-elle en faisant signe de la main.

Richard Colfer s'arrêta, à la demande de sa fille, et se demanda ce qui pouvait bien nécessiter le silence. Il s'avança afin d'être aux côtés de l'adolescente, et pencha la tête à travers la porte pour voir la même scène, immobile.

- Ils dorment ?
- Ça se voit pas ? répondit-elle en levant les yeux au ciel.
- Plus maintenant. »

Pauline et Rick se pétrifièrent lorsqu'ils entendirent la voix de Chris, visiblement de mauvaise humeur, qui interrompit leur presque discussion. Ils levèrent les yeux vers le jeune homme, qui avait son regard de tueur et les lèvres pincées, la tête en dehors des couvertures alors que son corps était dans la même position qu'auparavant – sûrement par peur de réveiller Darren. Ce dernier, d'ailleurs, n'avait pas bougé d'un cil, comme tout bon dormeur qui se respecte. Chris leva les sourcils afin d'accentuer la dureté de son regard, et les deux acolytes comprirent – trop lentement à son goût – qu'ils devaient partir. Ils refermèrent la porte avec le plus de douceur possible, ne causant que quelques craquements assez faibles. Une fois dans la cuisine, ils laissèrent échapper un rire nerveux. Monica, toujours occupée avec ses poêles et plats, leur lança un regard interrogateur, auquel ils redoublèrent de rire ; elle soupira et se concentra à nouveau sur ses pancakes. Pauline s'approcha de sa mère afin d'amener les premiers plats à la salle à manger, laissant ses deux parents seuls. Rick s'approcha de sa femme, l'embrassa tendrement dans les cheveux et la regarda dans tout son art de cuisinière. Elle finit par se tourner vers lui à nouveau, ne supportant plus de ne pas savoir ce qui s'était passé. Il lui lança un sourire complice et posa une main sur son épaule.

« Bon, Rick, tu comptes me dire pourquoi toi et ta fille venez de rire comme deux démons au beau milieu de ma cuisine ?
- Oh, Monica, quand je t'entends parler quelquefois, je sais d'où vient la... hargne de Chris.
- Ah, Chris, hein ? Qu'est-ce que vous lui avez bien fait encore ? J'espère que c'est pas encore cette blague avec le dentifrice...
- Non, chérie, en fait on n'a rien fait du tout.

En voyant le regard confus de son épouse, Richard approfondit l'explication.

- Pauline a voulu aller réveiller son frère, comme elle le faisait quand il dormait encore plus tard que tout le monde, et a ouvert la porte et elle a trouvé Chris... et Darren...
- Oh mon dieu, Rick, tu veux dire que notre fils -
- Non, Monica, non ! La coupa-t-il une fois de plus. Ils étaient habillés. Juste... blottis l'un contre l'autre d'une façon que je qualifierais de... plus qu'amicale. Tu es sûre que ce Darren est hétéro ?
- Rick, s'il te plaît, rit-elle, d'après ce que Chris m'a dit, il l'est. Et j'ai eu une petite discussion avec notre fils, hier soir, à propos de Darren. Il m'a soutenu que rien de romantique ne se passait entre eux.
- Est-ce que tu les a seulement vu flirter ensemble ? Monica ! »

Cette dernière laissa échapper un long soupir, se prenant à nouveau d'intérêt pour ses pancakes. Pourquoi Chris leur cacherait-il qu'il avait trouvé quelqu'un d'aussi bien que Darren ? Elle n'y comprenait rien. Elle avait toujours su que la vie amoureuse de son fils ne serait pas facile, mais là, il avait sous la main l'homme parfait, qui n'avait pas l'air aussi hétérosexuel qu'il ne le disait, et qui, de plus, avait l'air de l'apprécier énormément. Les mathématiques n'étaient pas son fort, mais l'équation paraissait simple, non ? Enfin, tant que Chris n'était pas malheureux... ses histoires d'amour ne les regardaient pas plus que ça, après tout. Son bébé était devenu un magnifique jeune homme, et, bien qu'elle ait du mal à s'y faire, elle devait s'y résigner. Richard, qui avait entre temps compris le silence soudain de sa femme, passa son bras autour de ses épaules et la berça doucement. Alors qu'il lui chuchotait de gentils mots à l'oreille, Chris et Darren firent leur apparition dans la cuisine, toujours en pyjama. Le couple ne les entendit pas, et Chris étouffa un gloussement ; Darren, quand à lui, souriait comme un idiot. Chris lui mima les mots « T'es vraiment un romantique désespéré », tandis que Darren lui répondit avec un haussement de sourcils, accompagné d'un « Seulement pour toi, bébé », dit avec un regard si intense que Chris se sentit obligé de détacher ses yeux de son ami. Il se tourna à nouveau vers ses parents, et éclaircit sa gorge, ce qui les fit sursauter.

« Maman, papa... Bonjour... On voit que certains ont déjà bien commencé la journée, rit Chris.
- Apparemment, ils sont pas les seuls ! J'en connais d'autres qui ont commencé les papouilles dès le réveil ! »

Les quatre adultes furent pris par surprise à l'entente de la voix de Pauline, cette dernière sur le pas de la porte. Chris croisa les bras sur sa poitrine, et leva un sourcil interrogateur à l'intention de sa sœur. Elle lui fit un grand sourire narquois, éblouissante d'assurance.

« Oh, allez, Chris. C'est bon, pas besoin d'avoir honte ! On vous a vus, Darren et toi, au réveil.
- Ah oui, vraiment ? Rétorqua Chris d'un ton qui criait ''dis quelque chose, et je te décapite''.
- Bon, allez les enfants, les pancakes sont prêts ! Qui veut du café ? » S'empressa de dire Monica.

Pauline et Chris arrêtèrent de se dévisager afin de faire face à leur mère, puis de lui lancer d'une même voix, « On n'est plus des enfants, maman ! » Cela fit bien rire les parents ainsi que Darren, et la petite famille partit s'installer pour le petit déjeuner dans la salle à manger.

Le petit déjeuner se passa tout aussi bien que les autres moments qu'ils passaient tous ensemble, et, à la grande surprise de Chris, le sujet brûlant qu'était sa relation avec Darren ne fut pas une seule fois mentionné – pas même sous-entendu. Après tout, il n'était pas aussi étonné qu'il ne le pensait : il savait que sa famille était correcte, et même si Pauline en rêverait, ses parents ne lui permettraient jamais de se moquer de son frère ou de lui manquer de respect devant un ami à lui, encore moins lorsque l'ami en question faisait partie de la moquerie. Chris les remercia tous silencieusement pour cela, et pria pour que le court moment de gêne qui avait eu lieu plus tôt, dans la cuisine, n'avait pas marqué Darren.

Ce que Chris ne savait pas, c'était que cela avait marqué Darren. Enfin, pas seulement ce court instant d'embarras, mais chaque petite chose qui s'était passée depuis qu'ils avaient décollé de Dublin – encore plus depuis qu'ils avaient posé le pied à Clovis, dans la maison des Colfer. Darren adorait la famille de Chris. Son père était un passionné et bon-vivant, sa mère était douce et quelquefois sarcastique (visiblement, le fruit n'était pas tombé bien loin de l'arbre), et sa petite sœur était un vrai petit démon, mais un bon genre de démon. Il était vraiment heureux que Chris lui fasse assez confiance pour lui faire rencontrer ceux qui l'avaient élevé, ceux qui l'avaient vu grandir, et évoluer du petit garçon bourré de talent et de rêves au superbe homme qu'il était désormais – avec tout autant de talent, d'ailleurs. En y pensant, il ne pouvait s'empêcher de se réjouir à l'idée de la future rencontre entre Chris et ses amis, les Starkids, même s'il appréhendait pour quelque raison idiote et, surtout, inconnue. Il n'avait pas honte de Chris, oh cela non, il pourrait même le porter tout autour du monde et crier son nom si ce dernier l'autorisait, ce qui était peu probable ; il avait seulement peur que Chris se sente mal à l'aise, en présence de sa bande d'amis. Pour résumer, ils avaient leurs délires, aussi drôles qu'incompréhensibles pour tout inconnu, et ils étaient du genre assez soudé. Et si Chris ne se plaisait pas, dans le Michigan, avec eux ? Que ferait Darren, dans ce cas là ? Oh, bien sûr, il suivrait Chris n'importe où, ce n'était pas le problème – il voulait juste vraiment que le courant passe entre Chris et tous les autres, parce que si les Starkids approuvaient Chris, alors... Alors ça serait trop cool, voilà, pensa-t-il.

Non, ce que Chris ignorait encore plus que le fait que Darren appréhendait la rencontre avec les Starkids, c'était que chaque seconde qui s'était écoulée depuis leur départ de Dublin était comme imprimée à jamais dans la mémoire de Darren. Il avait fait en sorte de bien mémoriser chaque odeur, chaque geste, chaque mot, parce qu'il avait envie de se souvenir de tous ces moments passés avec Chris ; lorsqu'ils étaient ensemble, les journées lui paraissaient plus faciles et les nuits moins solitaires, et il n'avait jamais l'impression de perdre son temps avec le jeune homme. L'alchimie entre eux était plus qu'évidente, cela frôlait même l'euphémisme de le faire remarquer, mais récemment, il y avait autre chose que de l'alchimie. On pouvait même aller jusqu'à parler de tension – oui, voilà, une tension. Ces derniers temps, une sorte de tension s'était installée entre eux, et bien qu'ils étaient plus proches qu'auparavant, cela avait l'effet d'un énorme mur qui s'était dressé là, au beau milieu de leur magnifique et parfaite relation : ce mur était accompagné de silences et non-dits qui devenaient vraiment agaçants. Darren n'avait pas l'habitude de ce genre de relation ; il avait déjà été à des stades gênants avec d'autres personnes, mais jamais à ce point. Généralement, c'était quand il couchait avec une de ses amies – et cela ne lui était arrivé qu'une seule et unique fois, qu'il ne comptait d'ailleurs pas réitérer. Avec Chris, cela l'embêtait plus qu'autre chose

Une fois que toutes les assiettes furent vides et les estomacs bien remplis, après un troisième service, les discussions en tout genre prirent fin, et la pièce perdit un peu de sa précédente ferveur. Darren finissait son débat avec Pauline afin de décider quel album de Metallica était le meilleur, et Chris parlait avec ses parents de son dernier rendez-vous à la banque, imitant sa banquière qu'il n'affectionnait pas particulièrement avec des mimiques hilarantes. Les rires s'évanouirent petit à petit dans un silence confortable, bercé par de douces effluves de pomme caramélisée et de café presque encore fumant. Monica brisa la tranquillité soudaine lorsqu'elle se leva de sa chaise afin de commencer à débarrasser ; elle fut vite suivie par Darren, puis Pauline, et enfin Chris et Rick, qui s'affairaient tous autour de la table et jusqu'à la cuisine afin que tout soit remis dans l'ordre le plus rapidement possible. Alors que toutes les assiettes avaient été lavées et rangées, les poêles astiquées et la salle à manger à nouveau impeccablement agencée, Darren et Chris décidèrent qu'il était temps de se laver et de se préparer pour la journée ; Rick les arrêta en plein élan.

« Alors, les garçons, vous allez faire quoi aujourd'hui ?
- Oh, euh... J'en sais trop rien, répondit Chris. Je vois pas trop ce qu'on pourrait faire... Et puis ça dépend de l'état de fatigue de Darren.
- Chris, je te l'ai déjà dit, j'ai super bien dormi hier soir, et je suis prêt à affronter la journée ! L'interrompit Darren en laissant échapper un rire criant de tendresse.
- Hé ben, Christopher, pourquoi tu montrerais pas un peu la ville à Darren, ce matin ? Et puis, cet après-midi, Pauline voulait qu'on aille à la patinoire, si vous voulez vous joindre à nous.
- A la patinoire, en plein été ? Dit Chris d'un air suspicieux. Si vous voulez... Enfin, oui, comme ça on passera du temps ensemble. Et puis, la ville... y a pas grand chose à voir, grogna-t-il.
- Allez, Chris, je suis sûr qu'il y a des trucs intéressants à voir, ici ! Comme tu le dis toi-même, la ville est grande malgré son apparence de petit village campagnard. On pourrait aller se balader !

Chris observa Darren, qui avait son air de toutou bondissant et des étincelles dans les yeux, pendant quelques secondes, avant de se tourner vers son père, qui lui lançait un regard insistant.

- Oui, bon, d'accord, souffla-t-il. Mais je te préviens, Dare, sois pas déçu si on finit par s'emmerder ! »

Darren attira Chris dans une étreinte brève, mais sincère, tout en le remerciant, puis partit en petits sauts vers la chambre afin d'aller prendre une douche. Chris fit semblant d'être agacé, mais laissa vite tomber l'affaire, trahi par son sourire jusqu'aux oreilles. Il suivit Darren jusqu'en haut, et ce dernier était déjà dans la salle de bain lorsqu'il fit son entrée dans la chambre. Il prit son ordinateur afin de vérifier ses mails, attendant le retour de son ami ; quelques minutes plus tard, le vibreur de son téléphone portable annonça un nouveau message, ce qui fit lever la tête de Chris. Ce dernier comptait laisser l'appareil là, sur le lit, avec ce message non lu, parce qu'il n'avait pas vraiment envie d'être interrompu au début de ses vacances – et si c'était son agent, ou un de ses publicistes, n'importe quoi de lié au travail ? Il ne pensait pas pouvoir le supporter, là maintenant. Cependant, Chris n'aimait pas vraiment ignorer les gens ou les faire attendre. Ne fais jamais aux autres ce que tu ne voudrais pas qu'ils te fassent. Il prit son téléphone dans la main et, non sans soupirer longuement, le déverrouilla afin de regarder ce fameux message, qui, au final, s'avérait venir d'Ashley, qui était en vacances – un peu forcées – chez sa cousine.

« Hey magnifique être humain, alors les vacances ? xoxo Ash' »

Le jeune homme ne put s'empêcher de rire en lisant, et fut tout compte fait heureux et soulagé d'avoir vérifié son téléphone. Il se dépêcha de répondre et envoya :

« Salut Ash, ma nouvelle femme à chats – j'ai entendu dire que t'en avais adopté un troisième. Sérieusement ? Vacances tranquilles, tout se passe bien. Toi, ta cousine, pas de morts ? -C »

La réponse d'Ashley vint étonnamment vite, enfin, quand on connaissait un peu la jeune femme, pas si vite que cela ; elle tapait les messages plus vite que son ombre. Plus vite que Chris, même. Et cela, c'était quelque chose.

« C'est pas juste un chat, c'est Froozie ! Tout le monde aime Froozie, et ses deux copains encore plus ! Aucun cadavre, nope. Pour l'instant. Oh et laisse-moi reformuler : alors, les vacances AVEC LE MAGNIFIQUE (à tes yeux, je suis pas branchée bouclettes) DARREN CRISS ? xoxo »

Chris fronça les sourcils en voyant le message de sa meilleure amie, relisant la dernière phrase plusieurs fois de suite afin d'être sûr qu'il lisait vraiment ce qu'il pensait lire. Lorsqu'il fut certain de la signification de ses mots, il hésita quelque peu sur la façon dont il devait répondre à cela ; alors qu'il était en train d'écrire son habituel « Je ne vois pas de quoi tu parles », une idée aussi géniale que machiavélique lui vint à l'esprit, et il sut exactement ce qu'il allait dire à cette curieuse d'Ashley.

« Ah, oui, fallait préciser, ma chère... il m'a déshabillé, hier soir – c'était intense. »

Il hésita encore quelques secondes et vérifia son message de nombreuses fois, puis se dit que c'était parfait, et qu'Ashley allait savoir ce que c'était de se mêler de sa relation avec Darren – pas qu'il n'aimait pas tout raconter à la jeune femme, oh non, il adorait cela ; seulement, il y avait des fois où ses amis, notamment cette dernière, avaient tendance à s'occuper un peu trop de sa vie amoureuse... Sûrement parce qu'il était un peu comme le ''bébé'' de la famille qu'était Glee, mais quand même. C'était parfois embarrassant. Et, d'un certain point de vue, quand on y réfléchissait... Darren avait vraiment déshabillé Chris, la nuit dernière – et cela avait été l'une des choses les plus intenses que les deux hommes n'avaient jamais expérimenté. Il commença cependant à s'inquiéter lorsque aucune réponse ne lui parvint, et se dit simplement que son amie était morte sur le coup, en lisant sa réponse, car elle avait tendance à vouloir pousser Chris et Darren ensemble, que ces deux derniers soient d'accord ou non. Enfin, cela n'avait pas vraiment l'air de déranger Darren, mais cela dérangeait vraiment Chris, des fois... Pas qu'il ne trouvait pas Darren attirant, au contraire ! Mais il était l'homme gay, dans leur amitié, et le rôle n'était pas souvent facile, parce qu'il trouvait certains garçons plus attirants que d'autres, tout comme un hétérosexuel pouvait trouver certaines de ses amies plus belles que d'autres – c'était pareil. Et Darren faisait largement partie de la liste des amis attirants de Chris, s'il n'était pas premier, d'ailleurs. Cela embêtait énormément Chris, qui essayait constamment d'oublier à quel point le bouclé était adorable et terriblement sexy à la fois, tout en étant intelligent et un vrai nerd, tout comme Chris lui-même, trait de personnalité plutôt rare dans le showbizness. Dès les premiers jours de leur amitié naissante, il avait cessé de compter les heures qu'ils avaient pu passer à parler de Harry Potter, Star Wars et du monde et la vision de geek qu'ils en avaient, plus généralement, tout simplement parce que c'était devenu mission impossible de compter ces moments, d'essayer d'estimer leur durée ou fréquence. Darren comprenait Chris d'une façon toute nouvelle et plutôt inhabituelle pour le jeune homme ; bien sûr, les autres acteurs de Glee le comprenaient et l'acceptaient très bien, ils étaient sa famille, après tout, mais avec Darren, c'était différent – et ce depuis le jour de leur rencontre, lorsqu'ils étaient allés dîner ensemble. Ses amis de Glee le comprenaient très bien, mais Darren le comprenait parfaitement bien. Pourtant, les deux jeunes hommes pouvaient être très différents, voire presque opposés sur certains points : Darren était un vrai petit chiot, avec un enthousiasme et une joie débordants, tandis que Chris était plus froid, plus méfiant... sûrement la faute au passé. Darren avait grandi dans l'environnement le plus tolérant qu'il existait sur la planète, au milieu de la communauté LGBT de San Francisco, tandis que Chris venait de... hé bien, Clovis, en Californie. Enfin, bon, pas besoin de revenir là-dessus ; selon Chris, il n'y avait pas grand-chose à dire sur le sujet.

Le vibreur du téléphone portable de Chris le sortit brusquement de ses pensées, et il se rendit compte qu'il avait le souffle court – remets-toi, Colfer, et arrête de penser à ton collègue de cette façon, se dit-il avant de lire le message d'Ashley.

« AAAAAAAH enfin !!!! mon garçon est enfin devenu un homme ! Je suis fière de toi chéri bravo félicitations à toi et Darren aussi ! Dis je pourrais être ton témoin dis dis dis ? xoxoxoxooo »

Les yeux de Chris doublèrent de volume lors de la lecture du message plutôt exclamatif de sa meilleure amie. Il essaya de taper une réponse le plus vite possible, malgré ses doigts qui ne cessaient de trembler et s'entremêler (pourquoi était-il aussi nerveux ?), lorsqu'il entendit la porte de la salle de bain craquer, signe qu'elle allait bientôt s'ouvrir, et, sous le coup de la panique, envoya son téléphone valser à l'autre bout de la pièce ; ce dernier atterrit dans la poubelle, derrière le bureau, avec un léger bruit étouffé par les papiers et mouchoirs.

La porte s'ouvrit enfin, laissant apparaître un Darren Criss complètement trempé, les bouclettes dégoulinantes qui lui collaient au front, enveloppé dans une simple serviette rouge au niveau de la taille. Chris déglutit aussi bien qu'il ne le pouvait en cet instant même, et son regard se perdit au niveau des poils du torse de son ami et collègue. La partie rationnelle de son esprit ne cessait de lui crier, « Mais qu'est-ce que tu fous, reprends toi voyons ! Il est hétéro ! », mais ce fut la partie complètement irrationnelle et tordue qui prit le dessus, cette fois – ce qui était plutôt rare, pour quelqu'un comme lui. Et cette partie de son cerveau ne lui disait rien de spécial, mais le forçait – en quelque sorte – à observer dans les moindres détails l'anatomie parfaite de l'homme qui se trouvait devant lui. Pour quelqu'un qui disait souvent ne pas avoir le temps de faire de l'exercice et adorer la pizza, Darren était très, très bien bâti. Oh, bien sûr, il n'était pas monté comme un bodybuilder ou un sportif de haute compétition, mais son corps était parfait à sa façon : légèrement bronzé, des muscles assez bien dessinés... des poils. Chris avait toujours pensé détester les poils, mais lorsqu'il voyait ceux de Darren, il avait juste envie d'y passer ses doigts pendant des heures ; d'ailleurs, il pensait toujours, et penserait toute sa vie, ne pas aimer les poils. C'était juste Darren, et les poils de Darren. A côté des muscles, poils et du bronzage, Darren avait un ventre un peu arrondi, pas beaucoup, juste assez pour qu'on le voie – un peu comme un ventre de bébé, rond mais pas gras – et cela donnait une dimension adorable et sexy à la fois à son corps. Et, bien sûr, sans oublier la partie la plus basse que Chris avait pu apercevoir : ses hanches, assez arrondies également, mais surtout, surtout... son bassin. Son bassin en forme de V, parfaitement taillé, creusé à souhait, faisant ressortir ses hanches encore plus. Cet os de l'anatomie de Darren était comme la cerise sur le gâteau, et donnait – encore plus que le reste, si c'était possible – à Chris des idées des moins appropriées qu'il soit. Ce dernier essaya de se reprendre, tant bien que mal, et surtout de ne pas lâcher un filet de bave sur les draps, et il déglutit encore une fois, histoire de revenir à la réalité, tout en évitant de penser à ce qui se trouvait plus bas que l'extraordinaire bassin de Darren. Il tenta de dire quelques mots, malgré la chaleur qui lui montait aux joues – et à une autre partie du corps, mais ceci appartenait au domaine privé.

« Euh, hum – Dare ? Besoin de, euh, d'aide...? »

Il regretta instantanément ses mots, et surtout sa voix qui avait complètement craqué vers la fin de la question. Non mais, quelle idée de demander à quelqu'un de nu s'il voulait de l'aide, surtout étant donné l'état dans lequel lui-même était au moment même. Darren leva la tête vers lui, et leva le bras afin de se gratter le cou, sûrement par nervosité – attendez, nervosité ? Depuis quand Darren Criss était-il nerveux, à part pour les concerts et ce qui concernait sa carrière ? Que se passait-il ? Oh, il avait dû se rendre compte de l'état de transe de Chris, et était atrocement gêné, et – oh merde.

« Euh, non... En fait j'ai oublié de prendre des vêtements à la salle de bain, je – euh, je fais que passer », répondit-il avec un rire tout aussi nerveux que ses gestes et son attitude en général.

Chris se retint de dire quoi que ce soit, histoire de ne pas se ridiculiser encore plus devant son ami, et fit de son mieux pour ne pas suivre chaque mouvement de Darren alors qu'il traversa la chambre jusqu'à sa valise, se baissa pour l'ouvrir et se pencha pour – hrmpf. Chris laissa échapper un grognement, inconsciemment, et il ne s'en rendit pas compte jusqu'à ce que Darren ne se retourne vers lui, les sourcils levés d'une façon qui serait comique dans un autre contexte – ou un autre univers, peut-être – et ne croise ses bras sur son torse, ce qui fit descendre un peu plus bas la serviette, ses hanches maintenant à découvert, et on pouvait même apercevoir quelques poils et non, non, Chris ne reprendrait pas ce chemin de pensées là.

« Chris ? Bébé, ça va ? »

Bébé. Sérieusement, Darren – j'essaie ne pas te sauter dessus depuis cinq bonnes minutes, et je pourrais avoir un orgasme rien qu'en observant ton corps nu et mouillé et parfait, et tu trouves rien d'autre à dire que bébé ?

Darren commença à s'approcher très dangereusement de Chris, comme s'il était au ralenti, un t-shirt et un bermuda en jean à la main, l'autre main occupée à tenir la serviette (qui tombait tout de même), et Chris n'arrivait plus vraiment à avoir aucune pensée cohérente de quelque forme que ce soit. Le bouclé appuya l'un de ses genoux contre le bord du lit et se pencha, soulevant les draps et les oreillers. Chris n'osait plus bouger, ou respirer d'ailleurs, mais la question qu'est-ce que tu fous bordel lui brûlait les lèvres, si bien qu'il se racla la gorge pour prononcer ces mots, ce qui fit sursauter Darren – apparemment concentré dans sa mystérieuse tâche. Comme si ce dernier avait compris la question silencieuse de Chris, il dit simplement, d'un air nonchalant :

« Oh, euh, je cherche mon caleçon. J'avais posé un caleçon rouge, propre, sur l'oreiller tout à l'heure je crois et – »

Peu importe ce que disait Darren après ces derniers mots, Chris ne l'entendait pas, il n'entendait plus rien à part le bourdonnement incessant dans ses oreilles, comme si son cerveau était en surchauffe et que son corps tout entier avait planté à la pensée de Darren en caleçon rouge, avec son os du bassin et ses hanches arrondies et son ventre de bébé et ses muscles des bras et – Chris avait cru sentir le souffle de Darren contre sa joue, mais il devait certainement se tromper ; cela ne pouvait pas être possible, parce que si jamais le souffle de Darren était contre sa joue cela voudrait dire que Darren était très, très près, trop près même et ce n'était simplement pas possible.

Lorsque sa vision se réajusta à nouveau, Chris s'aperçut que Darren était en fait très près, c'était possible apparemment, et qu'il le fixait avec des yeux ronds – pas aussi ronds que ceux de Chris, cependant, parce que Chris pouvait jurer que ses yeux allaient sortir de leurs orbites bientôt s'il continuait comme cela.

« Chris, ça va ? T'es assez rouge là, et tu respire bizarre », demanda Darren d'une voix assez tremblante, et ses joues étaient un peu roses, tandis que ses lèvres étaient légèrement entrouvertes, et, une fois encore, Darren Criss prouvait que l'on pouvait être terriblement mignon et atrocement sexy à la fois.

Chris ne répondit rien, bien qu'il ait entendu la question de son ami ; il ne répondait pas parce qu'il n'osait pas répondre, parce qu'il n'avait même pas la force de souffler un simple oui, et il ne faisait plus confiance du tout à tout son corps, ou son esprit, en cet instant. Darren fronça légèrement les sourcils, s'approchant de plus en plus, et à présent les gouttelettes qui glissaient le long de ses bouclettes noires atterrissaient sur les jambes de Chris, et ce dernier pouvait même sentir le gel douche utilisé par l'autre homme quelques minutes auparavant émaner de ses bras qui s'avançaient vers le lit ; ce fut lorsque Darren voulut appuyer ses mains contre le matelas, mais que ses paumes atterrirent autre part, qu'il comprit ce qui arrivait à Chris. Il n'osait plus bouger ses mains, et baissa doucement le regard afin de s'assurer que ce qu'il pensait qui était en train de se passer, et il eut confirmation exacte en voyant l'entrejambe de Chris qui... rencontrait des difficultés face à l'espace confiné de son pantalon de pyjama. Il releva le regard vers Chris, et vit ses yeux bleu vert grand ouverts, les pupilles dilatées au maximum, berçant dans la peur, l'embarras et... le désir ?

Darren s'approcha un peu plus, alors que Chris essayait de ne pas oublier de respirer, et ce dernier sentit de douces lèvres mouillées contre les siennes. Pendant une seconde, ils en oublièrent de fermer les yeux, et Chris se perdait dans l'or noisette de Darren, tandis que Darren se noyait dans la mer azur de Chris, et ils fermèrent leurs paupières. Le baiser était simple, et il aurait été chaste si Darren n'avait pas massé l'entrejambe de Chris avec ses mains qui n'avaient pas bougé d'un millimètre de l'endroit où elles s'étaient posées il y a une minute à peine, et soudain le baiser devint plus bestial, plus vif, et Darren mordilla doucement la lèvre inférieure de Chris, la faisant rouler entre ses lèvres, et Chris ne put s'empêcher de lâcher un soupir, puis un deuxième, suivi d'un grognement et, enfin, d'un gémissement fort et clair, et il fut heureux de savoir que ses parents étaient dans le jardin, et sa sœur devant la télévision, probablement assez fort pour ne pas les entendre.

Alors que Chris se laissait totalement faire, Darren profita d'un moment de pure faiblesse pour poser ses lèvres entrouvertes à nouveau sur celles de Chris, entrouvertes également, et le baiser était désormais mouillé ; Chris remarqua à peine que Darren avait fait glisser sa langue dans sa bouche, et ne s'en rendit compte seulement quand cette langue caressa doucement la sienne, ce qui lui valut un autre gémissement, étouffé cette fois-ci. Darren fit remonter le genou auparavant appuyé contre le matelas afin qu'il se trouve entre les cuisses du plus jeune, qui était désormais un tas de gémissements et soupirs désespérés alors qu'il se laissa se faire allonger sur le matelas, et Darren s'allongea au-dessus de lui. Ce dernier s'arrêta un instant pour se dire que, merde, son corps et celui de Chris allaient tellement bien ensemble, comblant chaque creux et épousant chaque forme à la perfection ; c'était quelque chose qui ne lui était jamais arrivé auparavant, malgré sa longue liste de conquêtes à l'université et lorsqu'il faisait ses petits boulots de musicien vagabond, et cela ne fit qu'augmenter son envie d'embrasser l'homme en dessous de lui, de le sentir gémir dans sa bouche, et soupirer contre son visage.

Darren sépara ses lèvres de celles de Chris et baissa la tête afin de s'attaquer à sa mâchoire, puis à son cou, descendant sur une clavicule, puis entre les deux clavicules, là où l'on pouvait sentir les pulsations du pouls de Chris, où il prit soin de laisser un baiser affamé qui formerait sûrement un suçon dans quelques heures, mais à cet instant précis, aucun des deux n'était dans un état assez conscient pour s'en soucier. Chris, bien que court-circuité, ne put s'empêcher de remarquer à quel point Darren connaissait bien son corps et ses points sensibles, malgré le fait qu'ils fassent cela pour la première fois, et lorsque le guitariste remonta contre son oreille et donna un peu d'attention à ses lobes et l'arrière de ses oreilles tout en caressant l'entrejambe du plus jeune avec son genou, Chris agrippa ses mains là où il le pouvait, par peur de ne s'évanouir de plaisir ou simplement de quitter la Terre s'il ne se raccrochait pas à n'importe quoi, et serra les fesses de Darren tout en donnant un coup de bassin en l'air, faisait gémir le bouclé pour la première fois – et dieu comme c'était bon, ce sentiment de jouissance, de fierté, et ce frisson d'extase qui le parcouraient rien que d'entendre le son sortir de sa bouche et vibrer contre son cou, et de savoir qu'il l'avait lui-même provoqué.

Afin de répondre, Darren baissa son genou, se plaçant de façon symétrique à celle de Chris, et donna à son tour un coup de hanche, puis un deuxième, et les deux hommes gémirent simultanément à la friction de leurs érections, malgré la serviette rouge de Darren et les vêtements de Chris, et Darren n'arrivait plus à s'arrêter de se frotter contre Chris ; ce dernier répondait de la même manière, et, même s'il voulait que ce moment ne se termine jamais et avait envie de faire gémir le guitariste pour le restant de ses jours, lorsque Darren se replaça face à lui et l'embrassa à nouveau, jouant une fois encore avec sa langue, et plaça sa main entre leurs deux douloureuses érections, Chris se sentit partir, et se raccrocha à Darren comme il le pouvait, ses ongles s'appuyant sur la peau de son dos, sur ses omoplates, le griffant, parce qu'il jurait pouvoir sentir le matelas se dérober en-dessous de lui, et, rien qu'en pensant que Chris jouissait en dessous de lui, contre sa main et son bassin, Darren le suivit, et il eut l'impression de continuellement tomber, et embrassait Chris comme si c'était la dernière chose qu'il ferait de sa vie.

Le baiser perdit de son intensité au fur et à mesure que leurs orgasmes respectifs s'évanouissaient, et Darren finit par embrasser simplement Chris sur les lèvres, comme tout cela avait commencé, ironiquement. Il plaçait de petits baisers aussi doux que des plumes sur les lèvres du plus jeune, et Chris souriait si fort qu'il en avait mal aux joues, ce qui fit glousser Darren contre sa bouche, sans pour autant l'arrêter dans son élan de baisers, au grand soulagement de Chris.

Ils restèrent ainsi, l'un contre l'autre, Darren au-dessus et Chris en-dessous, jusqu'à ce que l'effet d'intimité qui s'installe après un orgasme ne s'efface complètement, les laissant mal à l'aise et incertains, la réalisation coulant lentement dans leurs veines, remontant avec peine jusqu'à leurs neurones et cerveaux, afin d'atteindre leur consciences. Darren avait enfoui son visage dans le cou de Chris, les lèvres contre sa peau, pressant un long baiser – qui était tellement léger qu'on pouvait à peine dire que c'était un vrai baiser – avant que Chris ne bouge un peu, sous Darren, soudainement conscient qu'il venait de jouir dans son caleçon et son pyjama, et que la situation était très inconfortable. Il déglutit avec bien du mal, et se racla la gorge.

« Euh, je – je ferais mieux d'aller prendre ma douche », déclara-t-il d'une voix rauque et plus grave que d'habitude, ce qui, curieusement et malgré son récent orgasme, eut le don d'exciter un peu Darren, qui secoua mentalement sa tête parce que c'était juste tordu d'être tout émoustillé rien qu'au son d'une voix rauque – même si cette voix était celle de Chris Colfer, jeune homme totalement inconscient de son sex-appeal et qu'il venait de faire jouir rien qu'en se frottant contre lui et en l'embrassant un peu partout, et, rien qu'à cette pensée, la verge de Darren lui envoya un signal douloureux, comme pour lui dire que c'était encore trop tôt pour avoir ce genre de pensées.

Il fit un signe de tête à Chris, et ce dernier s'enleva de sa précédente place en-dessous de lui puis partit en direction de la salle de bain. Darren se releva, souffla lorsqu'il sentit la serviette collante contre sa peau, et décida de se nettoyer afin de s'habiller. Il ne put s'empêcher de sourire en prenant le caleçon rouge dans sa main, et remercia le vêtement – dans sa tête, bien sûr. Il n'était pas encore atteint au point de parler à des vêtements... quoi qu'il aimait avoir des conversations avec sa chemise à carreaux préférée.

Cela se passait évidemment de commentaires.

Il fit un grand sourire et se laissa tomber sur le lit, soupirant de contentement, le caleçon rouge serré contre son torse.

Ils allaient devoir en parler, mais pas maintenant. Maintenant, Darren savourait l'état dans lequel il se trouvait, et essayait de ne pas penser à la gêne qui suivrait, et, surtout, le questionnement inévitable qui allait bien vite résonner dans sa tête.



Allez, la suite plus rapidement next time ! *patapé* alien


Dernière édition par briecks le Dim 10 Juin - 10:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
Dalrhenia

avatar

Messages : 11
Inscription : 29/10/2011
Age : 21

MessageSujet: Waw...   Dim 12 Fév - 14:45

Le seul mot qui sort de ma bouche... Ouah! C'était génial! vivement la suite; perso, pour le rating je dirais T pour le début mais M à la fin. =D Si non j'ai hate de lire la suite. Bravo!
Bonne continuation.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
briecks

avatar

Messages : 222
Inscription : 21/05/2011

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Dim 12 Fév - 15:45

Aww, merci !

Tu as raison pour le rating, ça tire plutôt vers le M à la fin. Thanks!

Je suis heureuse que ça t'aie plu, vraiment ! Ça fait toujours très plaisir Very Happy

-je pense d'ailleurs la mettre sur ff.net :siffle: mais j'ai un peu peur des "anti-rpf" !-
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://briecksnation.tumblr.com
Aaron
Admin
avatar

Messages : 104
Inscription : 21/04/2011
Age : 32
Jobs : Traductrice / Fanficeuse

MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   Jeu 16 Fév - 20:48

SUMMER BREAAAAAAAK euhm.. euh... désolé.... *sort*

*et rerentre* Oooooh Summer Break ^^ Tu sais comme j'adore cette fanfictions non? Non?????? Et bien si, je l'aiiiiime comme c'est pas possible!

Donc... la suite, ici, tout de suite.

Non mais.

*et ressort*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://klaine-fanfictions.forumgratuit.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: [M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]   

Revenir en haut Aller en bas
 
[M / Romance, Humour] Summer Break (CrissColfer) [1,2,3,4,5,6/?]
Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» [SOIRÉE] « Summer Break Party by Crédit Mutuel » le 11 juillet 2015
» Spring and Summer Party IV in Rhône Valley June 2012
» Humour et ironie chez Jane Austen
» Prison Break S3 (spoiler inside)
» Humour 40K et Figurines Insolites

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Klaine Fanfictions :: Three - Archives de Fanfictions :: Fanfics -> Crisscolfer RPS-
Sauter vers: